IKHNOS

PROBABILITÉ D’UNE ARCHÉOLOGIE FUTURE ( Marbre Travertin, moulages ciment et dispositif vidéo , Film Base végétale) 2021

Dans cette oeuvre en travertin, ancienne margelle devenue gravats, la roche retrouve une certaine liberté dans sa fonctionnalité et acquière une nouvelle  forme de beauté. Elle fusionne avec  des moulages d’emballages en plastique coulés dans du ciment, et devient emblématique d’une crise majeure. Les textures, lisses, rugueuses, granuleuses, polies s’opposent et se répondent à travers une multiplicité formelle. La perfection du moulage et la finesse du grain du béton engendrent une certaine stabilité dans cet apparent chaos de roches déchiquetées. L’oeil cherche, s’interroge, passe d’un état d’apaisement à un mouvement plus vagabond. Ces volumes nous questionnent et nous obligent à réfléchir à notre consommation, notre rapport à la matière naturelle , à son exploitation, à notre production industrielle et polluante ; tout fait sens vers plus de responsabilité.  Présentés groupées ces modules nous renvoient à l’image futuriste d’une mégalopole à l’ère de anthropocène. Ikhnos apparait comme une trace de notre lente décadence , l’agonie d’une humanité dévoyée . Elle révèle  ce que nous avons  fabriqué sans se projeter, et montre ce que nous ne voulons plus sans pour autant pouvoir nous en défaire. Ikhnos se mue en cité ,non sans valeur mais à valeur négative ajoutée . L’oeuvre devient le signe de notre rupture avec La Nature comme puissance active - appelée par Spinoza dans L’Éthique, Natura Naturans en opposition à Natura Naturata, nature créée et passive - et renvoie à  la dette à payer à la terre.   

  • Facebook